Questions parlementaires sur le Livre blanc

Dans le cadre de questions écrites qu’elle a adressées au Commissaire en charge de la protection sociale, Lazlo Andor, Karima Delli (France, verts/ALE) a demandé pourquoi la Commission présentait l’épargne retraite comme une solution à la soutenabilité des retraites et au vieillissement démographique. Citant un dossier présenté par l’hebdomadaire britannique The Economist, elle a rappelé que tout le monde, y compris les Anglais, reconnaissait que la retraite par capitalisation n’était pas une réponse au vieillissement démographique puisque c’est toujours le jeune travailleur actif qui paye les retraites de ses aînés : soit directement par les cotisations que son entreprise devra verser aux institutions de Sécurité sociale, soit indirectement par le versement des intérêts ou des dividendes que son entreprise devra reverser au fonds de pension, dont les frais de gestion sont bien plus élevés que ceux de la Sécurité sociale. De même, Karima Delli s’est étonnée de voir la Commission soutenir le développement de l’épargne retraite gérée par des grands groupes financiers comme une mesure de stabilisation du financement des retraites, alors que l’usage qu’ils ont fait de cette épargne au cours des dernières années a favorisé les bulles qui déstabilisent actuellement l’économie européenne. Enfin, la députée s’est enquise de savoir pourquoi la Commission réfléchissait au fait de soutenir cette épargne retraite par des dépenses fiscales alors qu’elle prône partout la rigueur budgétaire, sauf dans ce cas qui ne concernera que les ménages relavant du quintile supérieur de la population.

Pour plus d’informations, voir: info@reif-eu.org