Au-delà des postures : vers un budget européen social et durable

Bart Vanhercke, Ramon Pena-Casas, Matthieu Paillet, Au-delà des postures : vers un budget européen social et durable, Observatoire social européen, n°12, 2012, 11 p.

Cet ouvrage, rassemblant l’analyse de 14 spécialistes (économistes, juristes, politologues), pose la question, à la lumière des nouveautés introduites par le Traité de Lisbonne, du poids des Etats membres dans la prise de décision européenne. Restent-ils, ainsi que l’affirme le politologue Adrew Moravcsik, les « maîtres du Traité » ? L’Allemagne, dont la chancelière Angela Merkel est ici vue comme une « modératrice et médiatrice », mais aussi d’autres grands Etats membres tels que la France, le Royaume-Uni, l’Italie et l’Espagne, attachés à leur souveraineté, parfois au détriment d’initiatives plus fédéralistes, font l’objet des deux premières parties de l’analyse. La troisième est consacrée à la République tchèque et la Pologne, dont les spécificités politiques rendent le rapport à l’UE plus problématique. Enfin, deux auteurs se sont intéressés aux cas du Danemark et de l’Irlande, qui ont réussi, pour l’un, à éviter la tenue d’un nouveau référendum au sujet du Traité constitutionnel et pour l’autre, à faire passer les citoyens d’un « non » à un « oui ». Les conclusions de l’ouvrage montrent en général que les Etats membres ont eu tendance à éviter la tenue de référendums et que la prédominance du Conseil européen ainsi que des « grands » Etats membres tels que l’Allemagne a été confirmée lors des négociations.

Pour plus d’informations, voir : http://www.ose.be/files/publication/OSEPaperSeries/Vanhercke_Penacasas_Paillet_2012_OpinionPaper12_1112.pdf