Combating Youth Unemployment : The latest European fad ?

Combating Youth Unemployment : The latest European fad ?, Daniel Gros, CEPS Commentaries, 14 juin 2013.

Si les chiffres du chômage parmi les jeunes d’Europe du Sud paraissent alarmants, Daniel Gros révèle que ce problème ne mérite pas le traitement spécial que lui accordent les dirigeants européens. En effet, d’une part, le groupe des 15-24 ans doit être considéré en deux groupes distincts : les 15-19 ans dont la plupart est encore à l’école ; les 20-24 ans, qui ont choisi de chercher un emploi plutôt que de poursuivre des études. D’autre part, les chiffres sont basés sur les jeunes cherchant activement un emploi ; or, c’est le cas de très peu de jeunes. Il convient donc de considérer le ratio de chômage, c’est-à-dire le nombre de chômeurs parmi les chercheurs actifs, plutôt que le taux de chômage, ce qui amène à un bilan beaucoup plus contrasté.

Il faut également étudier ces chiffres dans le contexte de l’ensemble du marché du travail. Cette analyse montre qu’ils ont été relativement stables comparé à ceux du chômage total. Enfin, il convient d’observer la contribution du chômage des jeunes au chômage total : dans les pays du Sud où il paraît le plus inquiétant, il n’en représente qu’un quart, contre 40% en Suède ou au Royaume-Uni.

L’Europe doit donc aborder le problème du chômage dans sa globalité plutôt que de se concentrer sur un segment de population dont il est discutable qu’il doive être prioritaire sur les autres. Cela relève plutôt de l’interaction entre la demande et un marché du travail rigide que du chômage des jeunes spécifiquement.

Pour plus d’informations :

http://www.ceps.eu/book/combating-youth-unemployment-latest-european-fad