Une Dimension Sociale pour l’UEM : Pourquoi et Comment ?

Notre Europe, « Une Dimension Sociale pour l’UEM : Pourquoi et Comment ? », 18 Septembre 2013,16 p.

Si le sujet de la dimension sociale de l’Union «économique et monétaire n’est pas nouveau, il revient  sur le devant de la scène dans cette période de crise et de récession économique où de profondes réformes de l’UEM sont envisagées. Dans son rapport, Notre Europe considère que « le projet européen souffre d’un véritable ‘déficit social’ » et qu’il est urgent d’agir pour contrer un tel problème. Ainsi, il est demandé aux gouvernements et à l’ensemble des acteurs européens de mettre la dimension sociale au cœur des réformes et des nouvelles politiques publiques. Trois éléments accentuent l’urgence de l’action : les risques pressants de nivellement par le bas, le déclin du support des citoyens au projet européen et le besoin d’apporter une réponse à la crise économique. Dans la zone euro, la nécessité est d’autant plus pressante du fait des chocs économiques asymétriques. L’organisation souligne donc quelques lignes directrices à prendre en compte. Il est d’abord nécessaire de promouvoir la mobilité des travailleurs ainsi qu’une meilleure surveillance des politiques sociales et de l’emploi. Notre Europe se positionne notamment en faveur d’un mécanisme d’assurance chômage et de l’adoption de normes communes afin de limiter la concurrence sociale entre les Etats membres. Enfin, dans le but de construire une meilleure gouvernance de l’Union économique et monétaire et de renforcer le dialogue social, la création d’un Eurogroupe des ministres de l’emploi et des affaires sociales est fortement conseillée.

Pour plus d’informations, voir:

http://www.notreeurope.eu/media/dimensionsocialeuemfernandesmaslauskaitesept2013fr.pdf?pdf=ok