Le vieillissement actif et l’environnement au travail : Quelle législation européenne pour une meilleur santé des seniors ?

Numéro 51 – Le vieillissement actif et l’environnement au travail : Quelle législation européenne pour une meilleur santé des seniors ?
« Il faut définir le cadre d’une longévité en bonne santé. Vieillir n’est pas une maladie. »
la participation des seniors au marché du travail est devenu un enjeu majeur et des solutions sont dès lors envisagées par de nombreux gouvernements européens pour mettre en place des politiques permettant à tous de travailler plus longtemps en relevant les âges légaux de départ à la retraite.
La promotion de carrières plus longues et de qualité est apparue comme une des solutions nécessaires pour permettre de financer l’allongement de la vie des Européens et les systèmes de solidarité nationaux. A l’heure où le chômage des seniors est élevé, ces politiques n’auront de sens que si une réelle réorganisation de la manière dont nos sociétés voient le vieillissement est effectuée. De même, pour garantir le succès des mesures visant à prolonger la vie active, la promotion de la santé des individus en général et de la santé au travail en particulier, apparait comme un préalable indispensable.
Nous verrons que l’adaptation de l’environnement de travail passe tout d’abord par l’amélioration des conditions d’emploi pour tous (I) ce qui suppose, dans le même temps, un changement des mentalités vis-à-vis du vieillissement et de la place accordée aux seniors dans la société et plus particulièrement dans le monde du travail, afin de faire cesser toute discrimination à leur encontre tout en œuvrant pour une plus forte employabilité (II).

INTRODUCTION
I. UNE NECESSAIRE PRISE EN COMPTE DES PARTICULARITES DES SENIORS PAR L’AMENAGEMENT DES CONDITIONS AU TRAVAIL ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL POUR DES CARRIERES LONGUES ET DE QUALITE.
A. Préserver la santé et prévenir l’apparition de trouvles dans la mise en place d’un cadre de travail sain et ergonomique pour tous, tout au long de la carrière professionnelle.

B. Vers une conciliation de la vie familiale avec la vie professionnelle pour permettre aux seniors d’assumer leur rôle d’aidants familiaux en parallèle de l’activité rémunérée sans risque pour la santé.

 

II. L’EVOLUTION NECESSAIRE DE LA PERCEPTION DU VIEILLISSEMENT PAR LA SOCIETE POUR LE MAINTIEN ET L’INSERTION DES SENIORS SUR LE MARCHE DE L’EMPLOI.

A. La lutte contre la discrimination des travailleurs âgés sur le lieu de travail et le marché de l’emploi nécessaire, sous peine de fragiliser les mesures de promotion du vieillissement actif.

B. Accroître l’employabilité des seniors à travers l’apprentissage et la formation professionnelle tout au long de la vie dans une démarche intergénérationnelle.

 

CONCLUSION