De quoi 2015 sera-t-elle faite ?

C’est la question que nous nous posons tous en ce mois de janvier et ce d’autant plus sensiblement suite à l’agression meurtrière à Paris le 7 janvier dernier, rappelant que des valeurs aussi fondamentales que la liberté d’expression pouvaient être fragilisées brutalement.

 

L’élan de soutien et de solidarité des pays européens et à l’échelle mondiale marque certes le partage de certains idéaux et une solidarité transfrontière  qui pourtant très souvent semble faire défaut ces dernières années au projet européen. Dans un contexte d’euroscepticisme ambiant où les citoyens n’ont plus confiance en l’Europe, où la Commission européenne serait, selon certains commentateurs, « la Commission de la dernière chance », se rassembler autour de valeurs telles que la liberté, la tolérance, le respect et la solidarité est donc un acte symbolique fort.

 

Un tel rassemblement semble donc possible.

Ceci impliquera concrètement de placer les attentes des citoyens européens au cœur des futures politiques européennes et de les traduire en droits et devoirs partagés.

La Commission, qui a présenté son programme de travail en décembre dernier, et ses commissaires, qui se sont déjà engagés sur certains dossiers et ont déjà pris certaines positions politiques (voir infra) devront faire avancer le projet européen en faisant évoluer le paradigme initial fondé sur une acceptation partielle de l’Union européenne (celle du marché intérieur) pour arriver à une Europe des citoyens.

Parce qu’elle défend à Bruxelles les principes et les valeurs de la Sécurité sociale française que sont l’égalité d’accès de tous à la sécurité sociale, la solidarité et la qualité, la REIF continuera son engagement auprès des institutions européennes et en collaboration avec ses partenaires pour contribuer aux travaux européens dans ses domaines de compétence.