• Accueil >
  •   Bibliographie
  • Santé
  • Effect of Restricting Access to Health Care on Health Expenditures among Asylum-Seekers and Refugees: A Quasi-Experimental Study in Germany

Effect of Restricting Access to Health Care on Health Expenditures among Asylum-Seekers and Refugees: A Quasi-Experimental Study in Germany

Kayvan Bozorgmehr et Oliver Razum, Effect of Restricting Access to Health Care on Health Expenditures among Asylum-Seekers and Refugees: A Quasi-Experimental Study in Germany, PLOS one, 1994–2013, 22 p.

Une étude allemande parue en juillet 2015 indique que les restrictions aux soins de santé pour les réfugiés coûtent plus cher à l’Etat que si ceux-ci bénéficiaient d’un accès facilité aux services. Depuis une loi de 1993 visant à réduire les coûts pour l’Etat, les demandeurs d’asile en Allemagne ont un accès limité aux soins médicaux ; ils ne sont par exemple pas autorisés à aller directement chez un médecin ou à appeler une ambulance après un accident et doivent d’abord obtenir un permis de la part des autorités ou d’un centre pour réfugiés. Cette loi a été dénoncée depuis son entrée en vigueur comme provoquant du retard dans les soins et augmentant les coûts. En effet, l’aggravation de l’état du patient en raison de manque de soins coûte généralement plus cher qu’une prise en charge dans le secteur des soins primaires. Une étude menée par Kayvan Bozorgmehr et Oliver Razum, chercheurs à l’Hôpital Universitaire d’Heidelberg et à l’Université de Bielefeld, confirme que cette législation augmente les coûts. En effet, au cours des vingt dernières années, les dépenses pour les soins médicaux des demandeurs d’asile dont l’accès aux soins était restreint étaient 40% plus élevées que celles pour des demandeurs d’asile ayant déjà accès aux services. L’étude montre notamment que les coûts seraient réduits si les demandeurs d’asile pouvaient s’adresser directement à des généralistes et à des pédiatres sans les nombreux obstacles administratifs qui accompagnent ces restrictions.

Pour plus d’informations, voir :

http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0131483