• Accueil >
  •   Travaux
  • News
  • Pas de pertes d’emplois suite à l’introduction d’un salaire minimum en Allemagne

Pas de pertes d’emplois suite à l’introduction d’un salaire minimum en Allemagne

Selon Ronald Janssen, conseiller économique auprès de la Confédération européenne des syndicats d’employés (ETUC)., les craintes de nombreux économistes allemands suite à l’introduction d’un salaire minimum ne se sont pas vérifiées. Les instituts économiques allemands avaient publié au printemps 2014 un communiqué joint faisant part de leur réticence à l’introduction d’un salaire national minimum allemand de 8,50 € brut de l’heure en janvier 2015, qu’ils voyaient comme une mesure risquant de détruire les emplois les moins productifs. Cependant, la disparition de 200 000 emplois qui avait été évoquée ne s’est pas confirmée, le chômage ayant continué à baisser dans le pays, passant de plus de 3 millions en janvier à 2,7 millions en juillet. La Banque Centrale allemande a depuis admis que l’influence du salaire minimum n’a pas été néfaste pour l’emploi. En outre, les « mini jobs » allemands ne rapportant qu’au maximum 400€ par mois disparaissent au profit de nouveaux emplois réguliers permettant de cotiser pour la Sécurité sociale. La Banque Centrale allemande souligne cependant qu’en raison de la reprise économique en Allemagne, les effets négatifs ne sont peut-être pas encore visibles. Pour autant, selon Ronald Janssen, l’influence de cette reprise ne doit pas non plus être surestimée (seulement 0,6% de croissance en 2014 et 0,7% en 2015). L’exemple de l’Allemagne confirme que le salaire minimum ne détruit pas nécessairement les emplois et force au contraire les employeurs à offrir des emplois mieux payés et couverts par la Sécurité sociale.

Pour plus d’informations, voir :

http://www.socialeurope.eu/2015/09/the-german-minimum-wage-is-not-a-job-killer/