Plan de sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne: « hard Brexit »

Plan de sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.

Le 17 janvier 2017, la Première ministre britannique, Theresa May, a détaillé le plan de sortie du Royaume-Uni de l’UE, sept mois après le référendum consultatif en faveur du Brexit. La feuille de route constitue un préalable à l’activation prévue fin mars 2017 de la procédure de retrait du Royaume-Uni de l’UE au sens de l’article 50 des Traités européens. Si Theresa May a plaidé pour une mise en œuvre graduelle d’un accord avec l’Union, elle a déclaré vouloir soumettre le texte final de l’accord au vote des deux chambres du Parlement britannique. La volonté de conclure un accord de libre-échange excluant l’adhésion au marché unique de l’UE, la sortie du champ juridictionnel de la Cour de Justice de l’UE, la limitation de la contribution annuelle britannique au budget de l’UE à des programmes de recherche et d’innovation ou encore le renforcement des contrôles aux frontières des personnes en provenance de l’UE font partie des douze priorités de la feuille de route marquant un « Brexit dur ». Si Theresa May a assuré vouloir garantir les droits des citoyens de l’UE vivant déjà en Grande-Bretagne et les droits des citoyens britanniques dans d’autres États membres, le contour des futures formalités administratives à remplir pour les migrants européens (tels que les permis de travail) n’a pas été précisé. Theresa May a toutefois précisé que le droit des ouvriers en Grande-Bretagne serait pleinement garanti et l’acquis du droit de l’UE dans ce domaine préservé. La Première ministre a conclu son discours en estimant que «  l’absence d’accord serait toujours mieux qu’un mauvais accord pour la Grande-Bretagne ».

Pour plus d’informations, voir :

https://www.gov.uk/government/speeches/the-governments-negotiating-objectives-for-exiting-the-eu-pm-speech.fr