La transformation numérique est un thème en vogue, particulièrement depuis les récentes ambitions de la Commission européenne destinées à faire de l’Europe une puissance mondiale dans ce domaine : stratégie pour un marché unique numérique, partenariat en matière d’intelligence artificielle, stratégie pour un gouvernement en ligne, initiatives en matière d’interopérabilité, ou encore et surtout priorisation importante du numérique dans les financements européens.

Le numérique touche la société dans son ensemble et a fortiori toutes les branches de la sécurité sociale. Va-t-il jusqu’à remettre en cause son fonctionnement et ses fondements ?

En matière de santé, l’exploitation à grande échelle des données sur le génome promet des avancées spectaculaires en matière de soins de santé. L’essor de la médecine personnalisée et l’utilisation d’informations de sources variées, notamment issues des dossiers médicaux électroniques doit permettre d’adapter les traitements à chaque patient. Mais à quel prix ? Le concept semble mettre au défi le principe de solidarité.

Dans le monde du travail, l’introduction de la robotique et de l’intelligence artificielle, source de gains d’efficience, menacerait le concept de travail salarié voire celui du travail humain, conduisant la sécurité sociale à s’interroger sur ses fondements mêmes.

Enfin, la généralisation d’Internet combinée à la mobilité intra-européenne des citoyens oblige les institutions de protection sociale à repenser les services aux assurés. Services en ligne de bout en bout, principe « une fois pour toute » et interopérabilité supposent de repenser les processus dans leur intégralité.

Pourtant, la nécessité d’assurer une protection sociale pour tous est réaffirmée, notamment dans le cadre de l’initiative européenne dans ce domaine. Si le concept de solidarité est ébranlé, il semble que l’enjeu soit de trouver le dénominateur commun entre un individualisme exacerbé et une protection sociale toujours plus performante.

Cet enjeu requiert avant toute conclusion hâtive une évaluation prudente de l’ampleur des changements à l’œuvre : évolution ou révolution ? La réponse se

trouve très probablement entre les deux. Il s’agira aussi d’évaluer attentivement leurs conséquences sur la société ainsi que les bénéfices qu’ils peuvent apporter, au regard de l’impératif de solidarité.

Télécharger le REIF Info 306