L’agitation autour de la mise en place de la prochaine Commission européenne ne faiblit pas. La période est propice aux promesses, mais gare aux lendemains qui déchantent : si l’on en reste aux déclarations d’intention, le bilan en matière de protection sociale et de santé sera maigre.

Réduire les doublons, mutualiser les coûts, maximiser les potentiels, dégager les bonnes pratiques… les arguments pour légitimer l’action de l’Union européenne n’ont pas manqué lors des auditions des Commissaires désignés, mais il est difficile à ce stade de dire si ceux-ci ont égrainé des poncifs ou affiché de réelles ambitions dans les secteurs relevant de leurs portefeuilles.

Ainsi, par exemple, les conditions d’emploi des travailleurs des plateformes constituent un axe des lettres de mission des Commissaires désignés Nicolas Schmit et Margrethe Vestager, et un défi dont ils ont promis aux eurodéputés qu’il serait relevé. Cela nécessitera cependant d’abord s’assurer que les Etats membres les soutiennent dans cette démarche. Il ne faudra pas ensuite oublier de traiter de la protection sociale de ces travailleurs, sans quoi le bénéfice d’une action européenne ne sera que partiel.

De leur côté, 10 organisations européennes, dont l’ESIP, ont également plaidé pour des actions plus tangibles, notamment en matière de transparence et de prix des médicaments. La Commissaire désignée Stella Kyriakides a bien évoqué quelques pistes en la matière lors de son audition, mais le seul soutien de l’Union européenne à l’innovation et la recherche ne constituera pas une mesure suffisante pour que patients et organismes payeurs voient le bénéfice de son action.

Les appels en faveur d’une action européenne mieux coordonnée émanent également du Parlement. Les eurodéputés du Parti populaire européen (PPE) portent ainsi l’ambition d’instaurer une Commission temporaire Cancer au sein Parlement afin d’optimiser les actions en matière de recherche et d’appréhender au mieux les aspects transversaux de la maladie.

La publication du programme de travail annuel de la Commission européenne, sans doute quelques semaines après son entrée en fonction, livrera des premiers enseignements sur la faisabilité de l’ambitieuse feuille de route politique de l’exécutif et la sincérité des engagements pris lors des auditions.

Téléchargez le REIF Info 328