Vers une Europe de la convergence et des valeurs communes !

Ces piliers de la toute nouvelle Présidence roumaine du Conseil de l’UE depuis le 1er janvier 2019, résonnent tout particulièrement en ce début d’année. L’UE fait face à des défis multiples et parfois contradictoires.

Premier défi : le (long) épisode du Brexit qui pourrait se conclure de manière rude par une absence d’accord le 30 mars 2019. La situation est totalement inédite et ses conséquences potentiellement immenses :  le Brexit pourrait remettre en cause directement les dispositions de coordination prévues par les règlements qui s’appliquent actuellement entre le Royaume-Uni et ses partenaires européens. Le résultat immédiat sera de laisser sur le carreau social, hors de l’UE, des milliers d’assurés sociaux britanniques résidant hors du Royaume-Uni.

Bien malgré eux, ces ressortissants pourraient ne plus profiter d’une Europe de la convergence et des valeurs communes.

Deuxième défi : repenser le contrat social en Europe. Ce défi va de pair avec l’exigence d’une convergence sociale dans l’UE et est mis en exergue dans de nombreuses récentes initiatives et publications.

Le Groupe Européen d’Éthique des Sciences et des Nouvelles Technologies (GEE), groupe d’experts indépendants conseillant la Commission sur les enjeux éthiques liés aux développements scientifiques et technologiques, insiste dans un récent avis « sur le futur du travail, le futur de la société » sur la nécessité pour l’UE d’améliorer les compétences sociales des citoyens face aux défis technologiques.

En écho, le Fonds monétaire international s’interroge sur l’opportunité d’une remise à plat de la protection sociale devant s’adapter aux nouvelles formes d’emploi et en tirant parti des possibilités offertes par le numérique.

Troisième défi : les réponses à ces récentes initiatives seront-elles trouvées à l’issue des élections européennes fin mai prochain ? Est-on bien sûr que les candidats aux européennes dont les chefs de file se déclarent au fil de l’eau aient bien intégrés cette nécessité de repenser le contrat social ?

Les propositions des candidats oscillent entre une Europe qui protège (socialement ?) et une Europe de la convergence de la droite nationaliste souverainiste qui se structure. Il est sage de prédire que l’Europe peut malheureusement rater le coche si elle ne se ressaisit pas et ne place pas la nécessité de repenser le contrat social au cœur des enjeux majeurs des années à venir.

Télécharger le REIF Info 312