Edito: Quelle(s) thématique(s) pour 2022?

2022, Année européenne de la jeunesse.  

Insérée « ni vu ni connu » dans le programme de travail 2022 de la Commission européenne, et ce, sans autres précisions si ce n’est le souhait de porter une attention particulière à la jeune génération, cette initiative interroge quant à sa réelle ambition. A quelques mois seulement de l’échéance 2022, quels programmes et quelles actions seront prévues ? Comment les États membres et la société civile y seront-ils associés ?  

Le focus mis sur la jeunesse apparait en revanche tout à fait pertinent. La crise de la pandémie de la Covid-19 a révélé au grand jour et aggravé la paupérisation d’une partie de la jeunesse, et notamment des étudiants dont un nombre accru a dû faire la file des banques alimentaires faute de prise en charge adéquate : pas encore travailleurs ou « en âge » de percevoir des prestations directement en leur nom, leur situation qui commençait déjà à faire question est devenu une problématique criante. Peut-être la future recommandation sur le revenu minimum permettra de soutenir les actions des États membres en la matière, si tant est qu’ils soient identifiés comme possibles bénéficiaires.

Dans tous les cas, cette priorité semble être partagée par le gouvernement français qui vient d’annoncer un contrat d’engagement pour les jeunes sans formation, même si les contours et les modalités de financement n’ont pas ​encore été développés… 

Et si l’année 2022 était (également) l’Année de l’autonomie ?  Pour la REIF le thème serait de bon augure, alors qu’elle vient d’accueillir la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA) en qualité de membre observateur le 27 octobre dernier. ​Il ferait aussi intelligemment écho aux priorités affichées par la Commission européenne en la matière.  

La stratégie européenne des soins attendue au troisième trimestre 2022 semble à divers égards très ambitieuse. La Commission entend définir un cadre général des politiques publiques européennes orientant le développement de soins de longue durée durables et garantissant à tous un ​meilleur accès, plus abordable à des services de qualité. Sont-ce les prémisses d’une réflexion vers une européanisation des politiques sociales de l’autonomie des personnes du plus jeune âge au vieillissement ? 

Ces discussions au niveau européen feront miroir avec les discussions à venir sur les moyens d’accompagner et de renforcer la prise en charge des personnes en perte d’autonomie et le financement de ces mesures en France qui devrait faire l’objet d’âpres débats aux scrutins présidentiel et législatif français mi-2022.

Téléchargez le REIF-Info 369

Add Comment