Tel est le message développé par Christine Aumayr-Pintar dans un article pour le blog d’Eurofound, l’Agence européenne pour l’amélioration des conditions de vie et de travail et qui avance les premiers résultats d’un rapport à paraître sur les congés parentaux en Europe.

Les recherches ont montré l’importance du congé de maternité dans le développement cognitif et la bonne santé des nourrissons. Elles montrent également l’importance du congé pris par les pères pour ce même développement et pour l’implication de ces derniers dans les soins donnés aux enfants, permettant ainsi un meilleur équilibre entre vie privée et vie professionnelle pour les deux membres du couple.

L’article souligne la généralisation des dispositifs permettant aux pères de s’occuper de leurs enfants (l’ensemble des Etats membres de l’UE proposent au moins une forme de congé pour ces pères – congé de paternité et/ou congé parental) mais aussi l’utilisation accrue de ces dispositifs par les pères. Une distinction est cependant faite entre le congé de paternité court et souvent très bien indemnisé et le congé parental dont la plus faible compensation induit une utilisation plus limitée.

Trois recommandations sont mises en avant pour soutenir les pères souhaitant garder leurs enfants : il convient tout d’abord de penser des congés parentaux flexibles et suffisamment bien indemnisés. Les changements de mentalité des employeurs sont un deuxième champ d’action : les pères ont exprimé leurs frustrations à devoir justifier leur désir de s’occuper de leurs jeunes enfants mais aussi à devoir suivre des procédures administratives lourdes pour bénéficier de leurs droits à congé parental/paternité. Enfin, dans certains pays les pères peuvent tout simplement ne pas être titulaires de droits à congé ou à une indemnité.

Pour plus d’informations, voir :

https://www.eurofound.europa.eu/publications/blog/progress-in-paternity-and-parental-leave-for-fathers-are-baby-steps-enough