Avis sur le futur du travail au regard des nouvelles technologies.

Le Groupe Européen d’Éthique des sciences et des nouvelles technologies (GEE), groupe d’experts indépendants conseillant la Commission sur les enjeux éthiques liés aux développements scientifiques et technologiques, a publié un avis sur « le futur du travail, le futur de la société ».

Cet avis décrit les tendances marquantes dans le paysage actuel de l’emploi, évaluant dans quelle mesure les cadres de gouvernance aujourd’hui en place sont adaptés aux objectifs. Il analyse également les implications éthiques pour les individus et les sociétés. Il constate que si les technologies numériques créent de la valeur, des gains d’efficacité et une flexibilité inégalée, la précarité s’accentue comme les inégalités. Afin de sauvegarder les valeurs européennes de dignité humaine, de solidarité et de justice, le GEE appelle à un changement d’orientation et à repenser le contrat social existant. Plutôt que d’attribuer la responsabilité écrasante de l’amélioration des compétences aux seuls individus, l’UE devrait s’engager dans une amélioration des compétences sociales, en accordant une attention renouvelée aux institutions et aux cadres économiques, politiques et sociaux qui déterminent le bien-être des personnes et des sociétés.

Pour plus d’informations, voir :

https://ec.europa.eu/info/sites/info/files/research_and_innovation/ege/ege_future-of-work_opinion_122018.pdf