« Le temps de l’insécurité », Finances et développement, Fonds monétaire international, décembre 2018, 61 p.

Ce numéro du magazine Finances et développement du Fonds monétaire international propose, au travers d’une série d’articles de différents auteurs, une réflexion sur la protection sociale dans un contexte de mécontentement général. En effet, la montée du populisme et du nationalisme mais aussi les mutations du marché du travail dans le contexte des avancées technologiques actuelles et de la mondialisation remettent en question le concept de la protection sociale. Pour Nemat Shafik, l’un des auteurs, directrice de la London School of Economics and Political Science, il faut définir un « nouveau contrat social » afin de l’adapter aux nouvelles réalités économiques et gérant mieux les conséquences sociales de la mondialisation ». Pour Michal Rutkowski, membre du Conseil international de l’action Sociale, le nouveau contrat social doit s’adapter aux nouvelles formes d’emploi tout en renforçant l’assistance sociale et en tirant parti des possibilités offertes par le numérique. Nicholas Barr, professeur d’économie publique à la London School of Economics and Political Science, considère quant à lui que « l’Etat providence est plus nécessaire que jamais » afin de faire face aux nouveaux risques et incertitudes générés par les changements économiques et du marché du travail.

Pour plus d’informations, voir :

https://www.imf.org/external/pubs/ft/fandd/fre/2018/12/pdf/banque-mondiale-imaginer-une-nouvelle-protection-sociale-rutkowski.pdf?utm_medium=email&utm_source=govdelivery