La société Cambridge Econometrics a réalisé une étude analysant l’impact du Brexit pour le Royaume-Uni, avec un focus sur la capitale londonienne, en fonction du scénario de sortie de l’Union européenne envisagé (d’un scenario softsemi-hard à hard). Les conséquences à long terme de la sortie du Royaume-Uni de l’UE restent floues, étant donné l’incertitude forte sur la nature et le contenu du futur accord de partenariat, qui devrait entrer en vigueur à partir de 2020 après la période transitoire. Néanmoins, la société d’études met en avant les risques d’un ralentissement économique possible du Royaume-Uni, notamment dans le cas où un scenario type hard Brexit serait adopté. A partir de la revue de la littérature existante et des annonces gouvernementales britanniques destinées à contrôler la migration intra européenne sur le sol britannique, l’auteur estime que le Royaume-Uni maintiendra son système actuel de contrôle aux frontières (hors zone Schengen) et mettra en place une approche par points pour les personnes mobiles, citoyens de l’UE, sans toutefois mettre en place des restrictions formelles et administratives trop importantes. Le rapport montre enfin qu’en l’absence de libre circulation des travailleurs au sens du droit actuel de l’UE, le nombre de migrants de l’UE vers le Royaume-Uni pourrait se réduire de 62 000 à 100 000 travailleurs européens.

Pour plus d’informations, voir :

Preparing for BrexitCambridge econometrics, Janvier 2018, 86 p.

https://www.london.gov.uk/sites/default/files/preparing_for_brexit_report_jan_2018.pdf