Lucia Alessi, Peter Benczur, Francesca Campolongo, Jessica Cariboni, Anna Rita Manca, –Balint Menyhert, Andrea PaganoThe resilience of EU Member States to the financial and economic crisis, What are the characteristics of resilient behaviour?, Bureau des publications de l’Union européenne, 2018, 63 p.

Ce rapport, publié par le Centre commun de recherche (JRC) de la Commission européenne, analyse les facteurs qui ont permis la résilience de certains pays européens face à la crise de 2007. Ainsi, le JRC a mesuré le degré de résilience économique et sociale de chaque pays, avant et après la crise et identifié les pays qui ont su utiliser la crise comme opportunité pour se renforcer. L’Allemagne apparaît comme l’un des pays les plus résilients. L’Irlande a subi un choc important mais montre de bonnes capacités d’absorption. En revanche, l’Italie semble encore dans la reprise et la Grèce reste le pays le plus affecté. Le rapport conclut que la stratégie d’absorption des chocs n’est pas nécessairement la seule, ni la meilleure possible. En effet, parfois l’adaptation et la transformation a permis à certains pays d’utiliser la crise comme une opportunité. L’inclusion de la dimension sociale dans l’analyse a permis de mettre en exergue l’importance des variables sociales (exclusion, bonheur, santé et salaires) pour déterminer la résilience, d’où l’importance du Socle européen des droits sociaux et de la prise en compte de la dimension sociale dans le cadre du Semestre européen. Le travail du JRC dans ce domaine a permis l’émergence depuis 2015 d’un cadre conceptuel de mesure de la résilience, qui inclut désormais la dimension sociale et non plus seulement économique. Le rapport identifie quelques facteurs de la capacité à rebondir, tels que des mesures actives concernant le marché du travail, ou encore une hausse des dépenses en recherche et développement.  

Pour plus d’informations, voir 

https://ec.europa.eu/jrc/en/news/learning-financial-crisis-ranking-eu-member-states-resilience