Mari Kiviniemi, Lamia Kamal-Chaoui, Job creation and Local Economic Development 2018,Organisation de coopération et de développement économiques, 18 septembre 2018, 276 p.  

D’après le rapport 2018 «  Création d’emplois et développement économique local 2018 : Préparer l’avenir du travail », les différences géographiques dans le risque d’automatisation des emplois sont d’une ampleur très variable dans les pays pour lesquels des données sont disponibles. La proportion d’emplois fortement exposés au risque d’automatisation est proche de 40 % dans certaines régions (en Slovaquie-Occidentale, par exemple), tandis qu’elle est de 4 % seulement dans d’autres (notamment dans la région d’Oslo, la capitale norvégienne).  Parmi les pays étudiés, c’est en Espagne que la proportion d’emplois fortement exposés au risque d’automatisation varie le plus, puisqu’on y observe un écart de 12 points de pourcentage entre la région où cette proportion est la plus élevée et celle où elle est la plus faible. Au-delà de la question de l’automatisation, l’édition 2018 du rapport met en évidence des différences saisissantes entre les régions des pays de l’OCDE en termes d’accès à des emplois de qualité. Plus de la moitié de toutes les régions ont vu leur population d’âge actif diminuer entre 2010 et 2016. Dans des pays comme la France, la Belgique, la Hongrie, l’Italie, l’Espagne ou la Grèce, l’écart entre régions est supérieur à 10 points de pourcentage. Dans la région française d’Auvergne, par exemple, l’emploi atypique représentait 33.6 % de l’emploi total en 2016, tandis que dans la région ÎledeFrance (où se trouve Paris), cette proportion était seulement de 21.7 %. 

Pour plus d’informations, voir:  

http://www.oecd.org/fr/presse/les-risques-d-automatisation-des-emplois-varient-considerablement-suivant-les-regions-a-l-interieur-des-pays.htm