Ke Xu, Agnes Soucat, Joseph Kutzin, Callum Brindley, Nathalie Vande Maele, Hapsatou Toure, Maria Aranguren Garcia, Dongxue Li, Hélène Barroy, Gabriela Flores Saint-Germain, Tomáš Roubal, Chandika Indikadahena, and Veneta Cherilova, Public Spending on Health: A Closer Look at Global Trends, Organisation mondiale de la santé, 2018, 52 p.

Ce rapport présente un aperçu des dépenses de santé dans les pays membres de l’OMS entre 2000 et 2016. Il constate une augmentation des dépenses publiques domestiques et un déclin des financements externes, qui représentent moins d’1% des dépenses. Près de la moitié de cet aide externe est concentrée sur trois maladies : le VIH/Sida, la tuberculose et la Malaria. Il s’intéresse également pour la première fois, au financement des soins primaires et par maladie spécifique. Il s’intéresse également aux liens entre dépense et couverture du service. Parmi les constats clés mis en avant dans le rapport, on note également que si les dépenses de santé augmentent davantage que le reste de l’économie mondiale, constituant environ 10% du Produit intérieur brut (PIB), les restes à charge comptent pour environ 35% des dépenses de santé contre 51% des dépenses fournies par les gouvernements. En revanche, le rapport constate une tendance dans les pays à bas et moyens revenus à augmenter les dépenses publiques de santé. Dans ces pays, plus de la moitié de celles-ci est consacrée aux soins primaires, mais moins de 40% proviennent du gouvernement.

Pour plus d’informations, voir :

https://www.who.int/news-room/detail/20-02-2019-countries-are-spending-more-on-health-but-people-are-still-paying-too-much-out-of-their-own-pockets