Retrouvez toutes nos notes de décryptage

Lors des négociations avec David Cameron en 2016 dans le cadre de la préparation du referendum qui entérinera le Brexit, l’UE a accepté la demande formulée par le Royaume-Uni de pouvoir mettre en place un système d’indexation des prestations familiales versées par le Royaume Uni aux travailleurs européens travaillant sur son territoire au niveau de vie de l’Etat membre dans lequel résident leurs enfants.

Le lancement du processus de révision des règlements de coordination des systèmes de sécurité sociale a été l’occasion pour certaines parties prenantes de mettre en avant l’idée d’intégrer dans les futures règles de coordination le principe d’indexation des prestations familiales sur le niveau des prestations sociales de l’Etat membre dans lequel résident les enfants.

Pour consulter la note :

La Commission administrative pour la coordination des systèmes de sécurité sociale (CACSS) a créé en décembre 2007 un groupe ad-hoc dont le but était d’assister la Commission administrative en renforçant la coopération entre institutions de sécurité sociale compétentes et plus particulièrement dans le combat contre la fraude et les erreurs en matière de sécurité sociale. Deux rapports sur les fraudes et erreurs ont été rédigés par ce groupe ad-hoc ainsi qu’à l’identification des problèmes majeurs dans ce domaine. Les conclusions et recommandations émises dans ces rapports ont conduit à l’adoption par la CACSS le 18 mars 2010 de la décision H5 ayant trait à la coopération dans le domaine de la lutte contre les fraudes et les erreurs dans le cadre du règlement (CE) n° 883/2004.

Pour consulter la note :

Les jeunes ont été particulièrement frappés par la crise. Ils sont vulnérables du fait des périodes de transition qu’ils traversent, de leur manque d’expérience professionnelle, parfois en raison d’études ou de formations inadaptées, d’une protection sociale souvent limitée, de ressources financières restreintes ou encore de conditions de travail précaires. Certains jeunes sont particulièrement défavorisés ou risquent de faire l’objet de discriminations.

L’UE a reconnu la nécessité de définir des mesures de soutien appropriées, tout en soulignant la responsabilité individuelle des jeunes de rechercher une voie menant à l’activité économique.

Pour consulter la note :