Cette année encore, la Covid reste le sujet des vacances.  

Alors que le variant indien a chassé les versions britannique, sud-africaine et brésilienne, les vacanciers croisent eux les codes couleurs avec les conditions de retour de vacances qui leur sont associées, en espérant échapper à la quarantaine et aux possibles mises au chômage partiel.  

En tout cas, à Bruxelles, les programmes des instances européennes sont bien remplis pour la reprise en septembre.  

En effet, la présidence slovène reprend notamment le dossier 883 sur la révision des règles de coordination des systèmes de sécurité sociale et la proposition d’une directive-cadre instaurant des salaires minimums adéquats : chassés-croisés d’arguments et de positions provisoires entre des États et des institutions dont les intérêts divergent. 

De son côté, la Commission aussi prévoit un programme chargé jusqu’à la fin de l’année. Le numérique se confirme en tant que problématique transversale sur laquelle se croisent des enjeux techniques, politiques, économiques et sociaux. On en vient à chasser l’algorithme pour s’assurer que les plateformes ont des pratiques éthiques et non-discriminatoires.  

Autre grand chantier, lié aux pandémies, le projet d’établir une Autorité européenne de préparation et de réaction en cas d’urgence sanitaire, outil pour compléter les instruments développés depuis le début de la crise et conforté la valeur ajoutée de l’UE. 

Des sujets autant intéressants qu’épineux dont il faudra se (re)saisir d’ici peu. 

En attendant, souhaitons un bon retour aux juillettistes et un bon voyage aux aoûtiens, en espérant que le chassé-croisé ne sera qu’estival et prendra fin début septembre par des retrouvailles au bureau (en absence de reconfinement). 

Télécharger le REIF-Info 366